Friday, October 5, 2012

OM: St. Faustina Kowalska - First Friday of the Month - 50ieme Anniversaire de Mont St-Joseph


O God, who manifest your almighty power above all by pardoning and showing mercy, bestow, we pray, your grace abundantly upon us and make those hastening to attain your promises heirs to the treasures of heaven. Through our Lord Jesus Christ, your Son, who lives and reigns with you in the unity of the Holy Spirit, one God, for ever and ever.

* * *

St. Faustina Kowalska, Virgin


Saint Faustina was born in the 20th century, and canonized in the year 2000. Jesus chose her to deliver to the modern world a message as old as eternity. It is the message of his love for all people, especially sinners. Jesus said to Faustina, "Today I am sending you with my mercy to the people of the whole world." It is his desire to heal the aching world, to draw all people into his merciful heart of love.

On February 22, 1931, Jesus appeared to Faustina as the King of Divine Mercy. He asked her to have a picture painted of him as she saw him — clothed in white, with red and white rays of light streaming from his heart. The rays represent the blood and water that flowed from the side of Jesus on the cross. Under the image are the words, "Jesus, I trust in you."

Many people did not believe Faustina at first. The sisters in her own convent thought that Jesus could not possibly have selected her for this great favor. After all, she was an uneducated peasant girl. Her superiors often refused to give her permission to carry out Jesus' requests. Church theologians, too, doubted her word. Jesus told Faustina that he loved her obedience and that his will would be done in the end.

In June 1934 an artist completed the painting of the Divine Mercy according to her instructions; and it soon became a focus for devotion. Faustina continued to record in her diary the appearances of Jesus. The diary was translated into English and published in 1987 with the title Divine Mercy in My Soul.


Faustina, baptized Helena, had grown up in a poor Polish family of 10 children. When she was 15 years old, she quit school in order to work as a housemaid to help support her family. By the time she was 18, she was sure that God was calling her to a religious life, but her parents objected. So she tried to put it out of her mind. But one night, while the lively polka music was playing at a village dance, Helena saw Jesus, sad and suffering. The very next day she packed a small bag and went to the capital city of Warsaw to join the Sisters of Our Lady of Mercy. There she received the name Sister Mary Faustina.

About 10 years later, Faustina contracted tuberculosis. Soon she was too weak to manage the heavy gardening assigned to her. So she was given the job of gatekeeper. She was able to show mercy to the poor people who came to the convent looking for food. Once Jesus came to the door as a poor young man. After he had eaten the soup and bread Faustina gave him, she recognized him. Jesus told her he had come to experience with great joy her tender love and mercy.

Faustina was canonized by the first Polish pope, John Paul II, on April 30, 2000. The first Sunday after Easter was declared Divine Mercy Sunday.  [Excerpted from Saints and Feast Days: A Resource and Activity Book by The Sisters of Notre Dame of Chardon, Ohio.]

* * * * * *

FIRST FRIDAY:
DEVOTION TO THE SACRED HEART OF JESUS



From the earliest days of the Church, "Christ's open side and the mystery of blood and water were meditated upon, and the Church was beheld issuing from the side of Jesus, as Eve came forth from the side of Adam. It is in the eleventh and twelfth centuries that we find the first unmistakable indications of devotion to the Sacred Heart. Through the wound in the side, the wounded Heart was gradually reached, and the wound in the Heart symbolized the wound of love." (Catholic Encyclopedia)

St. John Chrysostom (b. ca. 347) in his 85th Homily on the Gospel of St. John wrote:

For "there came forth water and blood." Not without a purpose, or by chance, did those founts come forth, but because by means of these two together the Church consisteth. And the initiated know it, being by water indeed regenerate, and nourished by the Blood and the Flesh. Hence the Mysteries take their beginning; that when thou approachest to that awful cup, thou mayest so approach, as drinking from the very side.

The waters of Baptism, and the Blood of the Eucharist, pouring forth from Christ's side, brought the Church into existence just as Eve was formed from Adam's side. And just as God took man and "breathed into his face the breath of life, and man became a living soul," so at the Pentecost did the Holy Ghost come down over the Church and bring Her to life.

General devotion to the Sacred Heart, the birthplace of the Church and the font of Love, were popular in Benedictine and Cistercian monasteries, especially in response to the devotion of St. Gertrude the Great (b. 1256), but specific devotions became even more popularized when St. Margaret Mary Alacoque (1647-1690), a Visitation nun, had a personal revelation involving a series of visions of Christ as she prayed before the Blessed Sacrament. She wrote, "He disclosed to me the marvels of his Love and the inexplicable secrets of his Sacred Heart." Christ emphasized to her His love -- and His woundedness caused by Man's indifference to this love.

* * * * * *

25e dimanche du temps ordinaire B – septembre 23, 2012

ACCUEILLIR LES ENFANTS
[Sagesse 2, 12.17-20 (Psaume 53(54); Jacques 3, 16-4,3; Marc 9, 30-37]


Accueillir les enfants! On n’aurait pas pu choisir meilleurs dimanche pour venir célébrer l’Eucharistie au Mont-Saint-Joseph – avec toutes ces personnes qui se trouvent devant moi et qui, comme moi, sont encore jeunes de cœur - jeunes de cœur parce que toujours attachées à Jésus et à sa mission.

Alors que nous fêtons aujourd’hui le 50e anniversaire du Mont-Saint-Joseph nous nous rappelons que cette maison… fut d’abord un pensionnat… La première vocation du Mont-Saint-Joseph fut l’éducation et nous connaissons la grande place de l’éducation dans l’œuvre des Sœurs de la Charité d’Ottawa. Nous savons aussi combien les anciennes pensionnaires et les élèves qui sont passés par ici sont reconnaissants pour ce qu’ils ont vécus et reçus ici! Après ces années vouées à l’enseignement, le Mont-Saint-Joseph devient ensuite une résidence pour les religieuses et la mission au cœur du Peuple de Dieu se poursuit par la présence des sœurs actives et malades. Au cours des années, combien parmi vous avez travaillé auprès des jeunes, des familles, des personnes de tous âges qui se trouvaient dans le besoin et qui avaient besoin de vous. Vous avez et vous répondez toujours généreusement à l'appel de servir et de donner votre vie.




Nous avons entendu au début de la liturgie de la Parole tantôt un extrait du Livre de la Sagesse. Les spécialistes de la Bible attribuent la rédaction à un Sage, de religion juive, qui vécut à Alexandrie en Égypte au temps de l’Empire romain (après 28 av. J.-C.) Celui-ci puise dans les richesses de la culture hellénique et de la langue grecque les vérités qu’il nous livre dans ce texte voué à la sagesse. Son but était de donner des conseils pratiques aux personnes qui cherchent à vivre pleinement leur vie d’homme et de femme.

Dans ce livre, l’auteur fait valoir ses arguments en se servant de la ‘diatribe’, une forme littéraire qui consiste à présenter d’abord les points forts de l’adversaire pour mieux les réfuter ensuite. Dans la première lecture d’aujourd’hui, l’auteur nous dit que ceux qui méditent le mal cherchent à convaincre les autres que, comme eux, même les bons doivent craindre la mort. Ces semeurs de doute ne se rendent pas compte que c’est à la vie après la mort que les justes trouveront leur récompense, que c’est à ce moment-là que surviendra le jugement final. Parce que personne ne peut voir les joies éternelles de son vivant, les incroyants cherchent à ridiculiser ceux et celles qui croient que Dieu peut soulager et enrayer la souffrance de ceux et celles qui mettent leur confiance en lui.

La confiance que les croyants mettent en Dieu leur permet de développer des vertus très prisées dans la culture dans laquelle vivait ce Sage, par exemple la douceur et la patience. Le croyant endure la souffrance tout en répétant que Dieu ‘le protégera’. Le Sage répète cette affirmation maintes et maintes fois. Même si le vocabulaire que l’on retrouve dans la version originale du Livre de la Sagesse diffère quelque peu de celui qu’ont utilisé les Évangélistes pour nous parler de la passion du Christ (malgré qu’ils ont tous été rédigés en grec) c’est cette image de Jésus qui est mise à l’épreuve qui choque les incroyants. Le passage ‘si ce juste est Fils de Dieu’ retint beaucoup l’attention dans l’Église primitive.




Un peu comme saint Paul le fait dans ses épîtres aux Corinthiens, saint Jacques décrit la sagesse de ceux qui ne mettent leur confiance qu’en eux-mêmes comme ne conduisant à rien de bon. Cela amène rivalités, convoitise et jalousie. Leurs communautés connaissent le désordre et la guerre, tout comme l’homme insensé qui ne peut retenir sa langue, nous dit saint Jacques dans la même épître. ‘Au contraire, la sagesse qui vient de Dieu… est pleine de miséricorde et féconde en bienfaits.’

Depuis la confession de Pierre à Césarée de Philippe, Jésus et ses disciples se sont mis en route. Ils se mirent ‘en chemin’ …une manière de dire qui exprime bien ce que c’est devenir disciples du Christ. Dans ces textes de l’Évangile on peut voir une démarche qui revient souvent : 1) Jésus annonce qu’il aura beaucoup à souffrir et qu’il sera mis à mort; 2) les disciples disent des choses ou posent des gestes qui démontrent qu’ils n’ont pas compris ou qu’ils refusent d’accepter ce qu’il dit; 3) Jésus prend le temps de leurs prodiguer de nouveaux enseignements, de leurs parler des implications et des défis de la vie qu’il leurs réserve.

Jésus appelle les Douze à adopter de nouvelles manières de vivre et, surtout, il appelle celui qui veut être le premier à devenir le dernier de tous et le serviteur de tous. Pour témoigner de cela, Jésus prend dans ses bras un enfant – ces jeunes étaient considérés être tout au bas de l’échelle dans la culture de son temps.




De nos jours, la société attache un caractère un peu romantique au fait d’être enfant et leurs attribue certaines caractéristiques : innocence, dépendance, vulnérabilité, ouverture.

Bien que la culture gréco-romaine ait souvent vanté les bienfaits rattachés à l’innocence de l’enfance, la tendance générale est de voir l’enfance comme un temps qu’il fait bon quitter pour accéder à la pleine maturité de la vie adulte.

Ainsi, en s’identifiant avec l’enfant (‘Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille ‘) et en identifiant le Père qui l’a envoyé avec l’enfant (‘ Celui qui m’accueille ne m’accueille pas moi, mais Celui qui m’a envoyé.’), Jésus changea les mentalités des gens de son temps en mettant en question les modes de pensée des Juifs et des Grecs. Il nous a également montré quel est le véritable ordre des grandeurs dans le Royaume de Dieu.

Servir, accueillir, être tourné vers les autres c’est bien l’invitation que nous fait Jésus dans l’évangile de ce jour… C’est ce que vous avez cherché à vivre ici au Mont-Saint-Joseph depuis cinquante ans.




La sagesse de Dieu présente tout un défi pour nous les humains. Cela était vrai pour les disciples et l’est encore aujourd’hui. Il s’agit d’un enseignement tout à fait nouveau qui vient nous ébranler tout autant que l’annonce que la volonté de Dieu s’est manifestée dans la mort et la résurrection de Jésus. En effet, la mort et la résurrection du Christ témoignent de jusqu’où nous devons être prêts à aller pour rendre service aux autres. Et, chemin faisant, nous devons accueillir les petits enfants comme Jésus nous le montre dans son Évangile.

Chères Sœurs, je suis heureux de pouvoir rendre grâce avec vous aujourd'hui pour ce que vous êtes au sein de l'Église et pour ce que vous y accomplissez. Vos œuvres sont nombreuses et je les connais. Votre générosité est grande et j'en bénis Dieu. Vivez dans l'espérance et demeurez au service de la charité. Demeurez-le jusqu'au bout de votre vie, et de la manière dont Dieu le veut.

Depuis que les premiers témoins de l'aventure pascale de Jésus ont disparu, d'autres ont pris la relève et ont témoigné. C'est à nous maintenant de le faire. Alors que s’ouvrira l’Année de la Foi et que l’Église vivra un synode ayant pour thème La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne n'hésitons pas à marcher sur les traces des premiers témoins, quels que soient les temps que nous ayons à vivre, les difficultés que nous rencontrons, les tempêtes que nous avons à affronter. Notre foi en Jésus le Ressuscité nous permet de tout oser, de tout espérer, de tout affronter. « Tout est possible en faveur de celui qui croit », a affirmé le Christ que nous aimons. Et, apparaissant à ses disciples, il leur a dit le soir même de sa résurrection: « La paix soit avec vous. » Que son souhait se réalise. Vivons dans la paix: dans la paix avec Dieu et dans la paix entre nous.




Aujourd’hui, je vous redis toute mon amitié, je vous dis combien vos prières sont précieuses et vos sacrifices sont utiles pour l’Église et je demande à saint Joseph le patron de cette maison de vous protéger, de vous garder aujourd’hui et toujours.


No comments:

Post a Comment

Post a Comment