Saturday, October 18, 2014

Homélie pour la Messe Rouge– Homily for the 2014 Red Mass

Société juridique Saint-Thomas-More
Notre Dame Cathedral Basilica, Ottawa, ON—October 16, 2014


Fostering the Common Good
[Texts: 1 Corinthians 12.12–26; Luke 22.24–30]
PROMOUVOIR LE BIEN COMMUN
[Textes: 1 Corinthiens 12,12–26; Luc 22,24–30]

Dear brothers and sisters in Christ,
Mes frères et sœurs dans le Seigneur :

Je tiens tout d’abord à vous féliciter d’avoir pris le temps de venir prier ensemble, ici, à la cathédrale d’Ottawa à l’occasion de la ‘Messe rouge’. Je suis très heureux de vous accueillir et de présider cette eucharistie.

Je sais que vous êtes des personnes dévouées qui prenez votre travail à cœur.

Que vous soyez avocat, juge, ou parlementaire, je sais que vous travaillez fort et que vous devez consacrer plusieurs heures au travail. Votre tâche n’est pas toujours facile.

Cette célébration porte le nom de ‘Messe rouge’ parce que le président porte des vêtements liturgiques rouges pour souligner la place tout à fait spéciale que tient l’Esprit Saint dans nos vies, dans la vie de l’Église et du monde.  Lors de notre baptême, nous avons reçu des dons de l’Esprit Saint. Ces dons ont grandis en nous. Aujourd’hui, nous demandons à l’Esprit Saint de faire grandir en nous, encore davantage, la vertu de la justice.

La première Messe rouge a été célébrée à la cathédrale de Paris au milieu du 13e siècle.


Because you have chosen to come here at the end of an active workday, I will make some heroic assumptions about you. You have a rich prayer and sacramental life. Your priorities are right: God first, family next, your career third, and your apostolate—how you volunteer your time in Christian service—fourth. You came here to worship God and to be challenged. I’ll try not to disappoint on the latter, so I’m going to give you an invitation.

To be in your profession, God has blessed you with the gift of persuasion: a logical mind and a mastery of compelling language. In Paul’s epistle, in the body, you might be the ear that hears, the hand that writes, or the mouth that speaks. Here is my suggestion for you, under the guidance of the Holy Spirit.

Draw the people in your circle of influence, and indeed all of Canada, to the Kingdom of God. Use the three things that attract people to Christ. For some, like your children, use goodness. For others, like your peers, use truth. For the sensitive, use beauty. At the next Red Mass, let us to see the sanctuary of this cathedral even fuller with colleagues you have invited.

Also, I want you to read up on not just what the church teaches on moral issues, but why. You need to know why, seen through the lens of faith. The world may not be ready to grasp the reasoning in religious terms, but at least you will have the conviction of its sound reason. Then, using your gifts of language and logic, you will be able to advance wise legislation or decisions with words the world can understand…words that make sense in the natural, but that reflect the consequences of the spiritual.


De nos jours nous devons cultiver l’espérance. Le désespoir est l’affaire de Satan. À certains égards, le monde se porte plutôt bien et prend du mieux : pensons à notre  longévité, à la santé maternelle, à la qualité de la nourriture à laquelle nous avons accès, à notre bien-être financier etc.

Malgré cela, les gens ont peur de l’avenir. Dans plusieurs pays, même les chrétiens craignent de se marier et de mettre des enfants au monde. Satan cherche à éradiquer tout espoir. Nous oublions de faire confiance à la Providence. Nous oublions trop souvent que le mariage (1 Timothée 4, 3), les enfants (Psaume 37,26; Psaume 127, 3) et, oui, la vieillesse sont des bienfaits de Dieu (Proverbes 3, 2; 3, 16)

Les droits des uns ne doivent pas empiéter sur celui des autres. Satan voudrait nous faire croire qu’on peut se servir du corps de l’autre comme d’un jouet; que les bébés à naître peuvent être éradiqués du ventre de leur mère; que les enfants peuvent être manipulés à notre guise et que nous pouvons mettre fin à la vie à l’heure qui nous convient. 

Toutes ces choses sont signes de désespoir et nous amènent à un plus grand désespoir. Il s’agit d’une violence que la société se fait à elle-même, qui nuit à l’œuvre de Dieu et au salut du monde. Cela a plein de conséquences néfastes pour la santé publique, nuit à notre progrès économique et met en doute la qualité de nos lois.


This evening, I implore you to fight for and protect collective rights in addition to individual rights.

As we heard in the reading from chapter twelve of the first epistle to the Corinthians, Paul talks about the Church as the Body of Christ. Christ is the head and we are all members connected to Christ.

The Catholic Church and society are living organisms. Each member is essential. Furthermore, “if one part suffers, all the parts suffer with it; if one part is honoured, all the parts share its joy.”

As you know, marriage and family are the chief building blocks of this Body of Christ and of our civil society.

As we gather here today, there is another gathering in Rome, which ends on October 19th. It’s part one of two separate Synods of Bishops on the subject of the family that are attempting to take the pulse of challenges facing the family all around the world, as well as of specific issues in the “Catholic family” worldwide.

The family is at the centre of our Pastoral Year in the Archdiocese of Ottawa; its theme is: “We are God’s Family: Love is Our Call.” Our guiding scriptural text is Jesus’ remark that “whoever does the will of God is my brother and sister and mother” (Mark 3.35)

For our part, we as Catholics in Canada need to take an honest look at how we uphold family rights. So many laws today, from abortion, to euthanasia, to marriage, to prostitution laws, are being challenged. Too often, the perceived rights of individuals are trumping the rights of the natural family or of Canadian society.


Cette année, nous célébrons cette Messe rouge le jour même de la fête de sainte Marie-Marguerite d’Youville, la première sainte à être née au Canada.

Marguerite est née à Varennes en 1721. À l’âge de douze ans elle dû quitter l’école pour aider à sa mère. Dès l’âge de trente ans,  elle avait perdu son mari, son père et quatre de ses six enfants. Malgré tout, elle continua toujours de rendre service aux autres.

Après avoir élevé ses enfants, Marguerite fit l’acquisition d’un petit hôpital qui s’en allait à l’abandon. Ce fut le début des Sœurs de la Charité de Montréal – les Sœurs Grises comme on les appelle familièrement.

Il est bon de rappeler ici… que les Sœurs Grises arrivent à Ottawa…en 1845. Imbues du charisme de Mère d’Youville, Mère Élisabeth Bruyère et ses consœurs entendent bien continuer l’œuvre des pauvres et le soin des plus défavorisés.  Un champ très vaste s’ouvre à leur zèle : enfants à instruire, malades à soigner, pauvres à visiter et à secourir. Encore aujourd’hui les Sœurs de la Charité d’Ottawa poursuivent cette œuvre de compassion chez nous !

En 1959, saint Jean XXIII béatifie Marguerite et la proclame «Mère à la charité universelle», et le 9 décembre 1990, saint Jean-Paul II canonise la Mère des pauvres.


Posons notre regard sur ce témoin de l’Évangile qu’est Marguerite d’Youville et demandons-lui d’intercéder pour nous alors que nous nous engageons dans une nouvelle année de service auprès de nos frères et sœurs.


Viens Esprit Saint renouveler la face de la terre ! Viens Esprit Saint renouveler nos cœurs!  Sainte Marguerite d’Youville et saint Thomas More – priez pour nous !


Wednesday, October 15, 2014

50e Paroisse St Maurice de Nepean

Golden Jubilee of St. Maurice Parish—Ottawa, ON
                                     Twenty-eighth Sunday in Ordinary Time (Year “A”)


At the start of this Mass, I thank the Companions of the Cross who have served you for more than twenty years and I greet Bishop Riesbeck, who today celebrates the anniversary of his priestly ordination.

We gather today to give thanks to God for the fifty years of this parish community of St. Maurice. What a blessing this church and parish have been to the residents of this part of Nepean, of the Archdiocese of Ottawa! In recent years, in ways we cannot perceive, your perpetual adoration chapel has been a blessing to the community and the whole Church.

Over these many years, you have been served by nine pastors, whose years of service have varied between one and nine years; there have also been fifteen curates and a number of priests-in-residence or weekend associates. God has been with us throughout, bestowing graces through the sacraments, particularly the Holy Eucharist and his healing mercy in the Sacrament of Reconciliation.

In today’s second reading, St. Paul praised the Philippians for their care of him in his moments of need. They had helped him both financially and with their encouragement. The ups and downs of his life, Paul said, taught him to live with little and with plenty. This relationship between Paul and the Philippians points to the bond that unites priests and people: “In any and all circumstances I have learned the secret of being well-fed and of going hungry.”

What was the key to Paul’s equanimity and what can possibly be our own source of consolation? Paul said, “I can do all things through him [the Risen Christ] who strengthens me.” You see, it is the Risen Lord Jesus Christ, still marked with the prints of the nails in hands and feet—and the mark left by the spear in his side—who greets you as I did at the beginning of Mass with the greatest gift possible, “Peace be with you!”


                              “COME TO THE WEDDING BANQUET”
              [Texts: Isaiah 25.6–10 [Psalm 23]; Philippians 4.10–14, 19–20; Matthew 22.1–14]


Dear brothers and sisters in Christ,

On this Thanksgiving weekend, the scriptural text from Isaiah speaks to us about feasting on “rich food” and with “well-aged wines.” This is a biblical parallel to our turkey with all the trimmings, pumpkin pie or other treats that will make up your Thanksgiving Dinner.

In the other biblical readings, the psalmist praises the Lord for anointing “my head with oil.” In the Gospel, Jesus recounts the parable of a wedding banquet given by a king “for his son.” God’s Word today also challenges us to be ready to attend the great feast, which God will give in the end times.

Ancient literature frequently used the image of a great banquet. The last book of the Bible describes the “wedding feast of the Lamb.” This feast denotes Christ’s victory over the enemies of God’s people (Revelation 19.1–21).

Similarly, the Apocalypse of Isaiah (chapters 24–27) declared that at the end of time, God would remove grief and mourning from people’s lives. Indeed, the Lord of hosts would “swallow up death forever.”

These days, we cannot help but reflect on elements in society that seek to hasten death and mourning. Soon, the Supreme Court will hear proposals to allow euthanasia and physician-assisted suicide. These cases oppose the Christian precepts on the gospel of life from conception to natural death. Let us pray earnestly that the Supreme Court justices will choose wisely the path of affirming life. May their rulings encourage the Government of Canada to foster palliative care so that people will not fear pain and suffering in their last days. Canadians near the end of life should receive sound medical care and the consolation of family and friends at their side.

As Christians, we can stand on God’s biblical promises that a new life awaits us. We will be able to echo the Scriptures as they say, “let us be glad and rejoice in God’s salvation.” May God’s children joyfully partake in the “feast of rich food” prepared “for all peoples.”

Today’s gospel parable message is clearer when we understand that the social world in which Jesus lived was highly stratified. The elite did not mix or dine with their inferiors. It was common to invite people twice to a banquet. If the in-crowd announced they’d be there, everybody would want to go. If the in-crowd stayed away, so would everyone else, and they would make up trivial excuses.

In this story, those dissatisfied with the wedding banquet arrangements showed their disapproval. Worse, they shamed the king by murdering his slaves. It would be normal to expect the king to avenge his honour.

But this king’s wedding banquet reflected the “Kingdom of Heaven.” It went beyond the conventions of the day. The king decided to invite new guests to the wedding banquet—people decidedly different from the first ones he called: “those invited were not worthy ... go to the main streets and invite everyone you find.”

If the parable is seen as an allegory of salvation history, the first sets of slaves would be the prophets. The final invitation to the wedding banquet would be Jesus’ ministry. The last messengers would be his apostles.

Those summoned are “both bad and good.” This reflects the mystery of the church, which welcomes people others judge unworthy. For Jesus accepted “tax collectors and sinners”—those on the margins, the outcast. With Jesus’ proclamation, God’s messianic banquet becomes fully subscribed!

Now, a king who invited poor people to his banquet may have supplied them with wedding garments. So, the king, pleased that the banquet hall was full, went in to see the guests his slaves had enlisted.

Amid his joy, he was embarrassed by one individual who, strangely, had not donned a wedding garment. The king, calling this man “Friend,” asked how he could have acted in this way. The man remained speechless. Then the king called for his expulsion.

In early Christianity, a believer’s new identity—through conversion—was expressed by putting on a new set of clothing. Thus, the guest’s refusal to put on a wedding garment represents his rejection of Christ (Rom 13:14).

The mysterious saying “many are called, but few are chosen” reflects a problem of the Hebrew language created by its lack of comparative adjectives. Comparisons have to be expressed by “large” and “small” or “many” and “few.” So, we can understand the passage to mean the “chosen,” or saved, are “fewer” than those “called.”

The parable of the wedding feast is really all about our response to God’s call. It cautions us first about the dangers of indifference. When the Father invites us into a relationship with his Son, we can choose to follow him. Or, we can turn Him down and go back to our personal pursuits as though nothing has changed and no new demands have been placed on our lives.

The parable also warns us against indignation. Many people do not want to acknowledge that all sinners need salvation. To them, the Good News and its call for repentance threaten happiness and fulfilment. They would rather live in denial than receive God’s mercy and grace.

Finally, the parable warns us against incomplete conversion. The man without the wedding garment had neither ignored nor refused the invitation to the feast. But, his yes to the call of God was not carried through in his life. He wanted the good things of the Kingdom, but not enough to break with his sinful ways and live as a committed disciple.

The final verse captures the message of the parable in a short maxim. Many are invited, Jesus says, but few are chosen. The point is that all are called to the Kingdom, but not all will be found worthy to possess it.

Some will decline the invitation and so exclude themselves from its blessings. Others will accept it but will not follow through in putting its demands into practice.

Now, here is where the parable speaks about you! Those found acceptable are those committed to directing their lives by the gospel. You are to clothe yourself in the garments of true repentance and Christ-like righteousness. Indeed, you are to clothe yourself in Christ.

Clothing oneself in Christ through baptism and the gift of oneself is what links the saints whose relics will be placed in the altar: the virgin to whom Our Lord appeared to reveal his Sacred Heart—St. Margaret Mary Alacocque and the martyr saint, Maria Goretti, the champion of purity from the last century and the ancient martyrs Clare, Vincent and Severus.

We should know that, as it was for our patron St. Maurice, whose relic we will embed in the altar on this Golden Anniversary of the parish dedicated to his memory, attaching ourselves to Christ is costly. This is particularly true in this age, which is increasingly hostile to the gospel message.

The Roman Emperor commanded the Theban Legion and Maurice to sacrifice to the gods but, as Christian believers, they refused. Maurice sent him the message, “Emperor, we are your soldiers; we are ready to combat the enemies of the empire, but we are also Christians, and we owe fidelity to the true God. We are not rebels, but we prefer to die, innocent, rather than to live, guilty.”

Let us pray for the delight of knowing Christ, the joy of the gospel, and the courage to always be faithful to Christ and his saving message. Through the intercession of our Blessed Mother Mary—the star of the new evangelization—may we become missionary-disciples. Amen.


Saturday, October 11, 2014

Consecration of the Church of St François d’Assise in its 125th Year

Dédicace et 125e de la paroisse Saint-François-d ’Assise - Ottawa
Solennité de saint François d’Assise – le 5 octobre 2014


MOT D’ACCUEIL

« Ce jour que fit le Seigneur est un jour de joie »

Ce verset du psaume 117 est approprié… alors que nous nous rassemblons dans la joie ce matin pour célébrer la dédicace de votre église.
 
J’espère que vous garderez un excellent souvenir de cette célébration et qu’elle vous aidera à vous rappeler que « Vous êtes les pierres vivantes qui servent à construire le Temple spirituel ».

S’il n’y avait pas ici des personnes consacrées au Seigneur… la célébration de consécration de l’autel et de l’église aujourd’hui n’aurait aucun sens.

Rassemblés en cette église Saint-François-d’Assise, nous voulons par cette eucharistie inaugurer les fêtes du 125e anniversaire de fondation de la paroisse.

J’ai voulu porter pour cette célébration la crosse de Mgr J.T. Duhamel… qui a fondé votre paroisse et accueilli les frères Capucins à Ottawa…


« Annoncer les merveilles de [Dieu] qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière »
[Textes : Ben Sirac le Sage 50, 1. 3-7; Psaume ; 1 Pierre 2,4-9 ; Matthieu 11, 20-30]
La paroisse Saint-François-d’Assise existe depuis 125 ans. Profitons de cet anniversaire pour se rappeler l’ampleur du travail accompli par de nombreuses personnes et la grande générosité, la disponibilité et l’engagement d’une multitude de bénévoles. Soulignons, tout ce qui a été vécu ici, pour tout ce qui s'y vit encore, les œuvres des artisanes et des artisans de la première heure et le labeur et la ténacité de ceux et celles qui ont pris la relève jusqu’à aujourd’hui.
Sans hésitation et avec bon cœur, joignez-vous à moi et rendons grâce au Seigneur.
La paroisse Saint-François-d‘Assise a été fondée en 1890 et l'église dans laquelle nous sommes a été reconstruite en 1913. Le 13 juin 1915, Wilfrid Laurier, Premier ministre du Canada était présent pour sa bénédiction et je le cite : (Le Droit, 13 juin 1915):

“ C’est une tradition dans la vie de Saint-François que Notre Seigneur lui apparut et lui dit: Va réparer ma maison qui est à la veille de tomber en ruines. Frères, vous avez mieux fait que votre fondateur. Vous n’avez pas réparé, mais vous avez construit. Cette église est une des plus belles dans tout le Dominion ; elle fait honneur à l’architecte qui l’a conçue, aux ouvriers qui l’ont exécutée et aux Révérends Pères qui l’ont pensée.”



Après tant d'années, il était temps que cette église soit consacrée. C’est une excellente idée de le faire à l’occasion de ce 125e anniversaire. Je suis heureux de présider cette liturgie de consécration qui est l'une des plus solennelles de l'Église catholique.
En consacrant cette église aujourd’hui, je pense à tous ceux et celles qui, d'une manière ou d'une autre, ont contribué à sa construction et à sa décoration, et qui, au cours des ans, en ont fait un haut lieu de rassemblement, d'animation spirituelle et d'engagement chrétien. J’ai une pensée particulière pour toutes les personnes qui l'ont fréquentée et qui la fréquentent encore.
Je pense bien sûr au Frères Capucins…


Le jour de la fête de la Confédération, le 1er  juillet 1890, deux Pères Capucins français se présentèrent à mon prédécesseur Mgr Duhamel. Ils étaient venus au Canada dans le but de fonder un couvent qui accueillerait les jeunes religieux français. Mgr Duhamel  accepta, à condition, que les Pères fondent une paroisse dans le diocèse. Merci à mon prédécesseur qui a eu l’audace de faire une telle demande!
Chers Frères Capucins, merci… merci pour ce que vous avez accompli à Ottawa et au Canada. Merci d’être toujours là pour cette communauté de Saint-François et pour tous ceux et celles qui, encore aujourd’hui, bénéficient de votre engagement en Église et dans le monde…
Je tiens aussi à saluer l’importante contribution des Sœurs de la Charité d’Ottawa, des Frères du Sacré-Cœur et des  Sœurs de Sainte-Marie-de Namur. Les Sœurs de Sainte-Marie sont toujours présentes et actives ici dans la paroisse.
Grâce à tant de générosité, de dévouement, d’une foule de petits travaux souvent accomplis dans l'ombre, et le plus souvent bénévolement, cette paroisse demeure vivante. Toute notre gratitude aux ouvriers d'autrefois et à ceux d'aujourd'hui.
Grâce à vous, l'Évangile a été annoncé ici et l’est toujours; les sacrements ont été célébrés ici et ils le sont encore; la pratique de la vie chrétienne a été stimulée ici et elle se poursuit…



En consacrant votre église aujourd’hui, nous rendons hommage non pas, à de vieilles pierres aussi honorables et ancestrales soient-elles, nous célébrons plutôt la vie et la foi d’un peuple en marche qui, dans toutes les églises du monde, se rassemble et construit l’Église dans et pour le monde d’aujourd’hui. Quand une église est construite, lorsqu'une paroisse est fondée, c'est pour annoncer Jésus Christ et pour transmettre sa vie à ceux et celles qui croient en lui et, j’ajouterais même…à ceux et celles qui ne croient pas encore en lui.



L’an dernier, lors de sa visite à Assise, le pape François disait dans son homélie: « Quel témoignage François nous donne-t-il aujourd’hui ? Que nous dit-il, non par ses paroles – cela est facile – mais par sa vie ?
« La première chose qu’il nous dit, la réalité fondamentale qu’il nous donne en témoignage est ceci : être chrétien c’est une relation vitale avec la Personne de Jésus, c’est se revêtir de Lui, c’est s’assimiler à Lui.
Dans l’Évangile nous avons écouté ces paroles : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos » (Mt 11, 28-29).
Et le Pape de continuer : « C’est la deuxième chose que François nous donne en témoignage : celui qui suit le Christ reçoit la véritable paix, celle que Lui seul, et non pas le monde, peut nous donner. »



Frères et sœurs, Notre thème en cette année pastorale est : «Nous sommes de la famille de Dieu : l’Amour est notre mission. «Quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, ma mère…» (Marc 3,35)   Ce thème est en lien avec celui du Synode des évêques qui débute aujourd’hui et qui se prolongera à l’automne 2015, et qui porte sur: « Les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation».
Nous, vous toutes et tous… avons une mission particulière de faire voir que la foi en Jésus est une source puissante d'unité et de fraternité. Que Dieu nous donne d'y parvenir. Qu'il nous encourage à être tous et toutes « des pierres  vivantes », des hommes et des femmes, des chrétiens et des chrétiennes si étroitement unis entre eux qu'ils donnent à ceux et celles qui les entourent le goût de se joindre à eux. Je crois que la meilleure disposition « d'annoncer les merveilles de [Dieu] qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière », c'est de vivre à la suite du Christ et selon son enseignement.
C'est de vivre évangéliquement, c'est-à-dire dans l'amour, dans la joie, dans le partage, dans la solidarité et dans l'entraide. La meilleure façon de proclamer l'Évangile de Jésus, qui est lumière et vie pour notre monde, c'est d’œuvrer avec courage et avec constance, ici même à Ottawa, à la construction d'une société toujours plus juste, plus humaine et plus fraternelle.



Que Dieu nous en donne le courage et l'audace. Qu'il nous garde dans sa paix et dans sa joie.

Photos: Xavier Vergé 

Sunday, September 14, 2014

Paroisse St. Jacques, Embrun, ON Messe & Onction d’un nouvel Autel




La Croix glorieuse – le 14 septembre 2014
LE SERPENT DE BRONZE DE MOÏSE 
[Nombres 21, 4-9 [Psaume 77 (78)]; Philippiens 2, 6-11; Jean 3, 13-17]

Origène, que plusieurs considèrent comme ayant été le père de l’exégèse biblique, disait que si, à première vue, le livre des Nombres paraissait moins propre à nourrir la vie spirituelle, il n’en était pas véritablement ainsi, et, dans une série d’homélies, il ne cessa de démontrer que, sous la lettre du texte, se trouvait un sens plus profond.

Le quatrième livre de l’Ancien Testament tire son nom des nombreuses données chiffrées qu’il contient dont celles des deux recensements du peuple d’Israël que l’on retrouve aux chapitres 1 et 26. Son titre hébreu ‘Au Désert’ décrit probablement mieux ce dont il est question: en effet, toute l’histoire qui  est racontée dans le livre des Nombres se passe entre la sortie d’Égypte et l’entrée dans la terre promise–c’est une période difficile, c’est le temps de l’exode. De nos jours, plusieurs communautés religieuses ont l’impression de vivre un temps semblable!

Après la mort d’Aaron, les Israélites contournèrent Édom et Moab afin d’éviter un conflit avec ces deux royaumes. Mais voilà qu’après avoir critiqué Moïse et Aaron, le peuple se mit à récriminer contre Dieu et Moïse : ‘il n’y a ni pain ni eau. Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable !’ (de cette manne monotone).

La réponse de Dieu devant la rébellion du peuple d’Israël témoigne de sa miséricorde envers le pécheur. Dieu ne ferme pas les yeux au péché;  il est toujours prêt à pardonner. Il offre sa guérison et son salut à tous ceux et celles qui veulent bien les accueillir. Chaque Israélite devait admettre son péché et reconnaître qu’il avait besoin d’être sauvé.
Dans la première lecture que nous venons d’entendre, il nous est rapporté que ‘Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet d’un mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu’il regardait vers le serpent de bronze, il conservait la vie !’ Cette pratique s’apparente à ce que les anthropologues appellent la ‘magie par similitude’ ou ‘la magie sympathique’ qui existait dans les cultures anciennes; il s’agissait d’une croyance en une influence mystique qui pouvait exister entre choses de nature semblable. Ainsi une personne qui souffrait d’un poison pensait pouvoir être guérie en fixant son regard sur une image de la plante ou de l’animal qui lui avait causé son mal.

Dans l’ancien Moyen-Orient, le serpent avait un double symbole : il pouvait représenter à la fois le mal et le désordre qui règne au schéol, et également  la fertilité, la guérison et la vie. Ainsi, les personnes qui refusaient de regarder le serpent de bronze mourraient, tandis que les personnes qui acceptaient de se tourner vers ce moyen que Dieu avait mis à leur disposition pour les sauver, étaient guéries et avaient la vie sauve. Il en fut de même pour la génération des Israélites qui se révoltèrent contre Dieu et qui périrent, tandis que les autres purent entrer dans la terre promise.

L’Évangile de Jean diffère quelque peu des évangiles synoptiques en ce que, à trois reprises, il nous annonce la passion du Christ en ces termes : Le Fils de l’homme doit être élevé (3, 14; 8, 28; 12, 32-34). Il voulait signifier par-là que le Christ sera à la fois élevé sur la Croix et dans la gloire. Pour Jean ces deux événements vont main dans la main; ce sont deux moments d’une même réalité.

Reprenant le texte de l’Ancien Testament ‘ De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert’, Jean nous fait comprendre que Jésus a accepté de monter sur la Croix par obéissance à la volonté de son Père, afin de donner la vie éternelle à tous ceux et celles qui croiraient en Lui : ‘’Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique…’’.

Et Jésus de préciser encore davantage : ‘’Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé’’.

Tout comme le serpent élevé sur le mât, la crucifixion du Fils de l’homme représente à la fois le mal que peut provoquer nos péchés et la bonté infinie de Dieu qui accueille avec miséricorde tous ceux et celles qui s’approchent de Lui et qui croient en Lui. Voilà que Dieu triomphe sur le mal et le péché, voilà quelle est la victoire de la Croix.

Nous avons entendu ces passages des Écritures alors que nous sommes à consacrer ce nouvel autel qui représente le Christ, qui représente Celui qui est au cœur de notre vie de foi. Voilà pourquoi les prêtres et les diacres embrassent l’autel au début et à la fin de la messe. En posant ce geste, nous prions le Seigneur de combler de toutes ses grâces tous ceux et celles qui participent à cette célébration eucharistique, à ce mémorial, à ce mystère pascal, et qui, chaque dimanche et parfois plusieurs fois en semaine, peuvent ainsi joindre leur vie au  Christ qui s’est offert en sacrifice pour nous. 
  
C’est ici que nous venons chercher cette nourriture spirituelle dont nous avons besoin pour notre bonheur et pour la vie éternelle. En nous nourrissant au corps et au sang du Christ, nous participons à sa divinité et nous devenons nous-mêmes temples du Seigneur. Fort de la grâce de Dieu, nous pouvons aller porter la Bonne Nouvelle au monde qui nous entoure, agir en fils et filles de Dieu, et devenir de véritables disciples-missionnaires comme le pape François nous le demande.

Cette célébration se déroule alors que, dans l’archidiocèse d’Ottawa, nous sommes à entreprendre une nouvelle année pastorale axée sur la famille. En effet, le thème de notre année pastorale 2014-2015 est : Nous sommes de la famille de Dieu : l’Amour est notre Mission.

Comme vous l’avez sans doute remarqué, ce thème est en lien avec les deux prochains synodes qui porteront sur Les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l'évangélisation. Il y aura une Assemblée Générale Extraordinaire du Synode cet automne, en octobre. Le Canada sera représenté par Mgr Paul-André Durocher, archevêque de Gatineau et président de la Conférence des évêques catholiques du Canada. Un deuxième synode, plus large celui-là,  suivra en octobre 2015.

La question que nous devons nous poser aujourd’hui est la suivante : nous rendons nous toujours compte que, malgré – et peut-être au cœur même de nos différences – il y a toujours une unité familiale, un esprit de famille à préserver et que cet esprit de famille est celui de la famille de Dieu ? Le thème de la nouvelle année pastorale de l’archidiocèse s’inspire du texte de Marc (3,35) : Quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, ma mère…, des paroles de Jésus qui donnent un sens tout à fait nouveau à ce qu’est la famille – non seulement pour la culture qui prévalait alors dans le monde méditerranéen du temps de Jésus mais partout ailleurs dans le monde, et pour toujours.


Au cours de cette célébration eucharistique demandons à l’Esprit Saint de nous donner la force et la générosité de vivre comme Jésus nous le demande. Demandons à notre saint patron, saint Jacques, le premier à donner sa vie pour le Seigneur,  d’intercéder pour nous tous et de nous aider dans notre mission. Demandons à Marie – celle que nous reconnaissons comme étant femme de l’Eucharistie d’intercéder pour nous. Marie a été comblée de l’Esprit. Elle peut nous servir de modèle alors que nous cherchons  à vivre en bons disciples du Christ dans notre milieu et en notre temps. 

Monday, September 8, 2014

Prise de parole en faveur des chrétiens du Moyen-Orient [au rassemblement re Irak]


Parliament Hill Presentation in Support of the Christians of the Middle East Threatened by ISIS
6 September 2014

Nous nous sommes réunis ici cet après-midi pour exprimer notre solidarité avec les chrétiens du Moyen-Orient, tout particulièrement avec nos frères et sœurs qui en Irak et en Syrie ont à endurer les horreurs de la guerre et des privations de toutes sortes : la mort, le manque de logements, de nourriture, de leur gagne-pain. Ils ont perdu leur place dans la société, dans leur pays  où ils avaient pourtant vécu en paix avec leurs voisins depuis nombre d’années, depuis près de deux mille ans.




Notre préoccupation avec le sort des chrétiens – les chaldéens, les syriaques et ceux des autres traditions orientales – nous amène à exprimer notre solidarité avec les personnes de toutes minorités qui ont également à souffrir à cause de toutes sortes d’atrocités : des Yazidis, des musulmans, des juifs, des kurdes.

Tous membres de tous ces groupes ont à composer avec le meurtre, le viol, le vol, l’exil, et ont à endurer combien d’autres difficultés qui portent atteinte à leur dignité d’êtres humains créés  à l’image et à la ressemblance de Dieu.


Nous sommes de simples citoyens qui désirons exprimer leur désarroi devant l’impuissance des gouvernants et des institutions internationales à régler ces conflits, à mater la violence de ceux qui, comme le ISIS, cherchent à semer la pagaille parmi des populations qui ont vécu ensemble depuis des générations et qui ont développé des cultures qui renferment parmi les plus grands trésors de l’humanité.

I have three things to tell you. 

First, thank you. Thank you for your time and courage to express your outrage at the heinous persecutions of the peoples of the Middle East by ISIS. 

Second, you have the power to help change this situation. 

Third, you are not alone. People across Canada and around the world will not tolerate this injustice.

We are here to express solidarity with the Christians of the Middle East, especially in Iraq and Syria. They are victims of every manner of horror: death, torture, and deprivation of homes and businesses. They have been forced from their rightful place in a society where they have lived in peace with their neighbours for close to two thousand years.



We also express our solidarity with other religious and ethnic minorities who suffer: Yazidis, Muslims, Jews, and Kurds. They have been killed, raped, robbed, displaced, and otherwise abused in ways that trample on their human dignity. Human dignity comes from our creation in the image and likeness of God.



We are dismayed that governments in Iraq and Syria are unable to overcome the hatred and violence that ISIS has unleashed on men, women, and children.

Please pray that those responsible for this brutality come to their senses, cease their atrocities, and repent of this evil. Their actions carry the signature evil incarnate: “The thief comes only to steal and kill and destroy.” (John 10.10) 

If ISIS was under any illusion that they were serving God, they must realize now that they are in fact serving God’s enemy.



A few days ago, the Prince of Wales donated to the charity Aid to the Church in Need. They provide relief to Iraqi Christians who, he said, are suffering from “diabolic evil” under ISIS.

In a letter to Chaldean Patriarch Louis Sako, Prince Charles wrote, “You can have no idea how heartbroken I am to hear of the truly unbearable and barbaric persecution suffered not only by Christians in Iraq but also by some of their neighbours of other faiths,” he said. The letter continued: “I…offer…my special prayers and profound sympathy to all members of the Chaldean Catholic Church in Iraq.”


You—all of you—are able to help stop this disaster. It is your duty to act. Raise your voice to say No to barbarism.

Make it clear to the government of Canada that you want more available spaces for Iraqi Christians to find refuge here. Tell your MPs to remove bureaucratic barriers to persecuted Iraqi Christians being received in Ottawa and across Canada.

The Assyrian Christian minority in Iraq belongs to the aboriginal population of that country. The “ethnic cleansing” of these, the founding people of Iraq, should be a world-wide concern. The international community must create safe havens for the Christians, Yazidis, Mandaeans, and others in the plain of Nineveh.

Pope Francis has expressed his closeness to those suffering and sent a personal envoy to monitor the treatment of Christians and other minorities at the hands of ISIS militants. “Dearest brothers and sisters so persecuted,” the pope said, “I know how much you suffer, I know that you are deprived of everything. I am with you in your faith in Him who conquered evil!”


Gatineau archbishop Paul-André Durocher, president of the Canadian Conference of Catholic Bishops, has called for easier refugee sponsorship, more diplomatic efforts on behalf of Iraqi minorities by Canada, and safeguarding freedom of conscience and religion.



He has also asked Catholics in Canada to donate to:

·       The Canadian Catholic Organization for Development and Peace—to which the Government of Canada recently committed a donation of $1 million from the Ministry of Foreign Affairs, Trade and Development Canada to support Iraqi refugees fleeing the violence in Northern Iraq;
·       the Catholic Near East Welfare Association [CNEWA] of Canada whose Director, Mr. Carl Hetu will address us shortly;
·       and Aid to the Church in Need which has given on-the-ground assistance in recent months;
           all of these entities have humanitarian relief efforts in the region.

CNEWA Canada has started emergency campaign to fund Iraqi clergy who are providing water, food, medicine, and pastoral care to Christians fleeing ISIS on foot.


Today, I echo the call of Chaldean Patriarch of Babylon, Louis Raphael Sako, for Iraqis to turn from their current path, which threatens Christian-Muslim coexistence. This path, if not stopped, will lead to a “human, civil and historic catastrophe.”

I stand with you who pray and work for peace. I stand with you who send emergency funds to the victims of persecution. I stand with you who petition our government to act. Keep your voice raised, so that the world will heed your plea for reconciliation, harmony, and peace. This is the true brotherhood at the heart of all authentic religion.


Thursday, August 28, 2014

Father William Nugent was Educator, Military Chaplain


Father William J. Nugent, diocesan priest and former teacher at St. Pius X High School passed away on August 23. He is survived by his beloved sister Anne; loving uncle to John Nugent and to Sharon and her husband Bruce Holmes; special friend to his great-nephew Jordan Holmes. He was predeceased by his siblings Katherine, Jack and Mary.

Fr. Bill Nugent was born in Millbank, New Brunswick on July 26, 1931 to the late William and Christie Nugent. He spent six years with the New Brunswick public school system as the administrator of the new regional school districts in Eastern New Brunswick. He entered St. Paul University Seminary in September 1958, and was ordained a priest for the Diocese of Saint John on June 3, 1962. He exercised parish ministry in Saint John for two years and then taught at the college level for four years.

In 1968, Fr. Nugent came to work in Ottawa. He taught at St. Pius X High School for 21 years. During these years, he spent most summers replacing padres on air force bases across Canada. He was chaplain to the 30th Field Regiment at Dows Lake for several years. He spent the next years temporarily replacing pastors in Ottawa, Kingston and Cornwall when they were absent and summer replacement in Shediac, N.B.

Visitation will take place today, August 28, at Resurrection of Our Lord Parish, 1940 Saunderson Drive, after 10 a.m. The concelebrated Mass of Christian Funeral Thursday will take place at 11 a.m., with interment following in Hope Cemetery.

In memoriam donations to Shepherds of Good Hope, Canadian Cancer Society or a charity of choice are greatly appreciated.

Requiescat in pace.