Tuesday, April 30, 2013

Transitioning from April to May - Quelques celebrations majeurs



Messe des jubilaires - Cathédrale Notre-Dame
4e dimanche de Pâques (Année “C”) — le 21 avril 2013

UN BON PASTEUR NOUS CONDUIT
[Actes 13, 14.43-52 [Psaume 99 (100)]; Apocalypse 7, 9.14b-17; Jean 10, 27-30]



Une des grandes joies de mon ministère épiscopal c’est de me retrouver après Pâques avec les couples jubilaires entourés de leurs familles et leurs amis qui viennent à la cathédrale fêter leur anniversaire de mariage. Un jour, chers jubilaires, devant Dieu et les hommes, vous avez décidé d’unir votre existence, pour le meilleur et pour le pire. Puisque vous êtes toujours ensemble nous voici rassemblés aujourd’hui pour fêter la fidélité conjugale dans la gratitude et dans la joie.

Fêter la fidélité conjugale, c’est fêter ce que doit être logiquement et normalement tout amour conjugal : l’amour vrai, lucide, respectueux et exigeant de deux êtres.

Ce dimanche est consacré à la prière pour les vocations. Souvenons-nous de la parole de Jésus : « La moisson est abondante et les ouvriers sont peu nombreux; priez donc le Maître de la moisson. » La tentation serait grande de rappeler d’abord la baisse des vocations sacerdotales et à la vie consacrée, et de trouver dans ce manque le motif principal de notre prière. Mais l’occasion nous est donnée aujourd’hui de nous rappeler également le caractère vocationnel du sacrement de mariage, le rôle de bons pasteurs qu’exerce les parents au cœur des familles.



En ce quatrième dimanche de Pâques, c’est en effet la figure du Bon Pasteur qui s’offre à nous. Cette image, déjà largement utilisée dans l’Ancien Testament, Jésus l’emploie pour nous indiquer comment il conçoit on rôle à notre égard. Il n’y va pas de main morte : « Le vrai berger donne sa vie pour ses brebis. » La comparaison avec le berger mercenaire vient donner encore plus de force à l’image. Nous savons que, dans le cas de Jésus, ce ne furent pas de vaines paroles : il a donné sa vie pour nous.

Jésus insiste : « ma vie Personne ne peut me l’enlever : je la donne de moi-même. » La source de cette générosité du pasteur on la trouve dans l’intimité qui existe entre ses brebis et lui : « Je connais mes brebis et mes brebis me connaissent. »

Nous concevons parfois la vie chrétienne d’une manière totalement éloignée de la réalité. Dieu serait un maître exigeant qui se plait à nous demander des choses difficiles. Il nous faudrait accumuler beaucoup de sacrifices pour le satisfaire. Jésus nous fait comprendre qu’il en va autrement. S’il nous demande parfois des choses difficiles, c’est à cause de cette intimité qui existe entre lui et nous. Il nous estime et il désire pour nous ce qu’il y a de mieux. Et nous le savons, ce qu’il y a de mieux pour nous, pour notre famille, pour nos enfants, souvent, ne se trouve pas du côté de la facilité.



Oui, en cette Année de la foi nous nous rappelons que nous sommes les disciples de quelqu’un qui nous a donné l’exemple de la plus grande générosité. Nous sommes donc invités, à la suite de Jésus, à nous faire pasteur les uns pour les autres. La vie chrétienne authentique ne se mesure pas à l’observance scrupuleuse de règlements, mais à cette qualité de relation entre les personnes qui se réalise sous la force de l’Esprit, celui-là même que Jésus nous a promis.

C’est certainement dans ces mêmes conditions qu’on accepte de s’engager dans le sacrement du mariage. La générosité des uns stimule la générosité des autres. Voilà les conditions dans lesquelles un appel au ministère ordonné ou à la vie consacrée pourra se faire entendre.

Chers jubilaires vous faites route ensemble vers le sommet de l’amour véritable. Du chemin parcouru, vous pouvez contempler le spectacle qu’offrent au regard de la foi ces années de vie conjugale et les fruits qu’elle a produits. Vous avez raison d’être fiers et de vous réjouir aujourd’hui. Votre fidélité l’un à l’autre, les efforts accomplis pour apprendre à vous connaître, à vous aimer, les soucis et l’amour pour vos enfants, les joies et les peines, tout cela a noué entre vous un lien si fort que rien ne peut le briser.

Je dois vous avouer, que trop souvent j’ai entendu, surtout les époux… les hommes… me dire « Ça fait tant d’années que j’endure ma femme… et elle m’endure elle aussi depuis longtemps… » Je comprends que c’est une manière de parler… c’est un peu comme une blague… mais chose certaine nous avons besoin - l’Église, le monde, vos proches - d’entendre de vous chers jubilaires un beau témoignage de votre engagement dans le mariage. Comme le rappelle l’apôtre Pierre, le premier pape… «Soyez toujours prêts à rendre compte de l’espérance qui est en vous. Mais faites-le avec douceur et respect.» (1 Pierre 3, 15-16) C’est par notre façon d’agir, de parler que nous provoquons chez les autres les questions sur l’espérance qui nous habite.

Vous seuls pourriez dire avec exactitude, aujourd’hui, comment votre joie est le résultat d’un soutien mutuel et de multiples pardons. Nous, nous constatons les bons effets qui en ont suivi. Nous voyons que vous êtes là, toujours ensemble et décidés à poursuivre la route.

Aujourd’hui permettez que l’on vous dise Bonne route!, comme on vous l’a certainement dit au jour de votre mariage. Nous vous souhaitons le meilleur pour ces années à venir où vous cheminerez encore côte à côte. Soyez heureux, suffisamment heureux pour ça paraisse tout autour. Assez heureux pour qu’on vienne auprès de vous apprendre à aimer et chercher réconfort aux heures difficiles.

Quand on a vécu ensemble comme vous l’avez fait, on a beaucoup appris sur l’amour, sur la vie. On sait où sont les plus grandes joies, où se trouvent les plus profondes souffrances. On a appris à soigner et guérir bien des blessures. Avec le passage du temps, on a une grande richesse d’accumulée qui nous aide à continuer à vivre soi-même et à donner en abondance à ceux et celles qui nous entourent.

Nos souhaits, à l’occasion de votre anniversaire de mariage, sont les suivants : continuez à grandir dans l’amour et la tendresse que vous vous portez mutuellement, continuer à aimer ceux que vous aimez déjà et qui ont toujours besoin de votre amour; osez même aimer ceux qui ont pu vous blesser dans la vie. Les aimer, même ceux-là, c’est la fine fleur de l’amour.

En une époque comme la nôtre où la fidélité est mise à l’épreuve, il est particulièrement bon de communier à la joie des couples qui ont su triompher des difficultés de la vie et vivre ensemble en époux responsables.

Chers jubilaires, aujourd’hui votre joie est la nôtre. Elle s’exprimera à la table eucharistique, mais elle se révélera d’abord dans cette prière d’action de grâce que vous allez faire dans quelques instants. Le jour de votre mariage vous avez fait un échange des consentements que vous n’avez pas à renouveler. Mais cette prière des époux que vous ferez maintenant est importante pour vous et pour nous. Nous avons besoin de chrétiens et de chrétiennes qui vivent et réussissent l’aventure de la fidélité dans l’amour, nous avons besoin des témoins du Dieu vivant que vous êtes!


Poursuivez la route… Allez jusqu’au bout de ce que vous vous êtes promis. Que le Bon Pasteur vous accompagne… qu’il soit avec vous chaque jour… qu’il vous bénisse de toutes ses bénédictions.

* * * * * *
 
Réunion des prêtres francophones d’Ontario


 

à North Bay du 23 au 25 avril....





* * * * * *

18th ANNIVERSARY OF MY EPISCOPAL ORDINATION
FEAST OF ST. MARK, APRIL 25

Ottawa's Notre Dame Cathedral Basilica

 * * * * * *

OTTAWA DIOCESAN CWL
90th ANNIVERSARY MASS, RECEPTION
AT ST. IGNATIUS PARISH 







* * * * * *

"BE A MAN" CONFERENCE
WITH FR. LARRY RICHARDS
AT SENHOR SANTO CRISTO PARISH










* * * * * *

50th ANNIVERSARY OF THE GATINEAU ARCHDIOCESE,
CENTENNIAL OF THE MONT-LAURIER DIOCESE



On April 27, Mgr Paul-Andre Durocher dedicated St. Joseph's Cathedral in Gatineau to mark the 50th Anniversary of the establishment of the Diocese of Hull, which was severed from the territory of the Archdiocese of Ottawa.



Photos thanks to Jerome Frenette

* * * * * *


On Sunday, I attended the Centennial Mass and celebratory dinner marking the Centennial of the foundation of the Diocese of Mont-Laurier on April 21, 1913.  The Mass was held in the town's Jacques-Lesage Arena; the dinner took place in a nearby church hall at which a new Diocesan Award to recognize generous volunteers was bestowed on seven persons. 

Like Hull-Gatineau, the Mont-Laurier Diocese was originally part of the Ottawa Archdiocese.






1 comment:

  1. realmoneycasino.co.uk Reading this post reminds me of my old room mate! He always kept talking about this. I will forward this article to him. Pretty sure he will have a good read. Thanks for sharing!

    ReplyDelete