Monday, January 24, 2011

St. Francis de Sales, Bishop & Doctor of the Church - 45e Journée mondiale des communications sociales




St. Francis de Sales: His ardent love of God and souls, his great kindliness, rare wisdom and sure teaching made St. Francis exceptionally influential in bringing about conversions and in guiding souls in the spiritual life.

He won back to the faith more than 70,000 heretics, thus restoring to the Church a great part of the Chablais, which had been ravaged by Protestantism.

He was St. Jane de Chantal's spiritual director, and with her founded the Order of the Visitation. He is the author of Treatise on the Love of God and Introduction to the Devout Life. St. Francis died at Lyons in 1622.

Francis was born on August 21, 1567, and ordained to the priesthood in 1593. From 1594 to 1598 he labored at the difficult and dangerous task of preaching to the Protestants of Chablais; in 1602 he became bishop of Geneva.

His zeal for souls is attested in 21,000 extant letters and 4,000 sermons which exemplify how he applied St. Paul's words: "I have become all things to all men."

You may epitomize his character in two words, kindliness and lovableness — virtues that were the secret of his success. His writings reflect his kindheartedness and sweet disposition.

* * *

Most widely known is the saint's Introduction to the Devout Life, which, with the Imitation of Christ, is rightly considered the finest outline of Christian perfection.

Francis' Introduction proves to the world that true piety makes persons amiable, lovable and happy. A renowned and holy friendship existed between him and St. Frances de Chantal. In cooperation with her he founded the Visitation Nuns in 1610.

Out of love for his own poor diocese, he refused opportunities for advancement, including the cardinalate. In recognition of the Introduction and his other writings, Francis has been declared a doctor of the Church.

* * *

How Francis developed a gentle and amiable disposition is a story in itself; he was not born a saint. By nature his temperament was choleric, fiery; little was needed to throw him into a state of violent anger. It took years before he mastered his impatience, his unruly temper.

Even after he became bishop, there were slips, as for instance, when someone rang a bell before he had finished preaching. The important point, of course, is that by constant perseverance he did in time attain perfect self-mastery. Wherein lies a lesson. [Excerpted from Pius Parsch, The Church's Year of Grace.]


* * *

O God, who for the salvation of souls willed that the Bishop Saint Francis de Sales become all things to all, grant graciously that, following his example, we may always display the gentleness of your charity in the service of our neighbour. Through our Lord.

* * * * * *
Message du Pape Benoît XVI,
pour la 45e Journée mondiale des communications sociales
qui sera célébrée le 5 juin 2011.




Le message est intitulé
« Vérité, annonce et authenticité de vie à l’ère du numérique ».
Voici quelques extraits; le texte complet est disponible au site web du Vatican (www.vatican.va).
Dans le monde numérique, transmettre des informations signifie toujours plus souvent les introduire dans un réseau social, où la connaissance est partagée dans le contexte d'échanges personnels. La claire distinction entre producteur et consommateur de l'information est relativisée et la communication tendrait à être non seulement un échange de données, mais toujours plus encore un partage.

Cette dynamique a contribué à une appréciation renouvelée de la communication, considérée avant tout comme dialogue, échange, solidarité et création de relations positives. D'autre part, cela se heurte à certaines limites typiques de la communication numérique : la partialité de l'interaction, la tendance à communiquer seulement quelques aspects de son monde intérieur, le risque de tomber dans une sorte de construction de l'image de soi qui peut conduire à l'auto complaisance.

Surtout les jeunes vivent ce changement de la communication, avec toutes les angoisses, les contradictions et la créativité propre à ceux qui s'ouvrent avec enthousiasme et curiosité aux nouvelles expériences de la vie. L'implication toujours majeure dans l'arène numérique publique, celle créée par ce qu'on appelle les social network, conduit à établir des nouvelles formes de relations interpersonnelles, influence la perception de soi et pose donc, inévitablement, la question non seulement de l'honnêteté de l'agir personnel, mais aussi de l'authenticité de l'être.

La présence dans ces espaces virtuels peut être le signe d'une recherche authentique de rencontre personnelle avec l'autre si l'on est attentif à en éviter les dangers, ceux de se réfugier dans une sorte de monde parallèle, ou l'addiction au monde virtuel. Dans la recherche de partage, d'"amitiés", on se trouve face au défi d'être authentique, fidèle à soi-même, sans céder à l'illusion de construire artificiellement son "profil" public.

Les nouvelles technologies permettent aux personnes de se rencontrer au-delà des frontières de l'espace et des cultures, inaugurant ainsi un tout nouveau monde d'amitiés potentielles. Ceci est une grande opportunité, mais comporte également une attention plus grande et une prise de conscience par rapport aux risques possibles.

Qui est mon "prochain" dans ce nouveau monde? N'y a-t-il pas le danger d'être moins présent à ceux que nous rencontrons dans notre vie quotidienne ordinaire? N'y a-t-il pas le risque d'être plus distrait, parce que notre attention est fragmentée et absorbée dans un monde "différent" de celui dans lequel nous vivons? Avons-nous le temps d'opérer un discernement critique sur nos choix et de nourrir des rapports humains qui soient vraiment profonds et durables? Il est important de se rappeler toujours que le contact virtuel ne peut pas et ne doit pas se substituer au contact humain direct avec les personnes à tous les niveaux de notre vie.

Même dans l'ère numérique, chacun est placé face à la nécessité d'être une personne sincère et réfléchie. Du reste, les dynamiques des social network montrent qu'une personne est toujours impliquée dans ce qu'elle communique. Lorsque les personnes s'échangent des informations, déjà elles partagent d'elles-mêmes, leur vision du monde, leurs espoirs, leurs idéaux.

Il en résulte qu'il existe un style chrétien de présence également dans le monde numérique : il se concrétise dans une forme de communication honnête et ouverte, responsable et respectueuse de l'autre. Communiquer l'Évangile à travers les nouveaux media signifie non seulement insérer des contenus ouvertement religieux dans les plates-formes des divers moyens, mais aussi témoigner avec cohérence, dans son profil numérique et dans la manière de communiquer, choix, préférences, jugements qui soient profondément cohérents avec l'Évangile, même lorsqu'on n'en parle pas explicitement.

Du reste, même dans le monde numérique il ne peut y avoir d'annonce d'un message sans un cohérent témoignage de la part de qui l'annonce. Dans les nouveaux contextes et avec les nouvelles formes d'expression, le chrétien est encore une fois appelé à offrir une réponse à qui demande raison de l'espoir qui est en lui (cf. 1P 3,15).

No comments:

Post a Comment