Tuesday, November 29, 2011

The Dismissal of the NEW ROMAN MISSAL - Bienheureux / Blessed Bernardo de Hoyos



Tuesday of the First Week of Advent

O God, who have shown forth your salvation to all the ends of the earth, grant, we pray, that we may look forward in joy to the glorious Nativity of Christ.  Who lives and reigns with you in the unity of the Holy Spirit, one God forever and ever.


* * * * * *

THE ROMAN MISSAL
(conclusion of the series on the changed texts)





The Dismissal

Mass ends with a Dismissal or a ‘commissioning’. Instead of ending with a casual ‘good-bye’ or ‘see you soon’, the priest or the assisting deacon send God’s people forth into the world with one of four different dismissals.

These dismissals recall Christ’s commissioning of his disciples before his Ascension to “Go and make disciples of all nations” (Matt 28:19).

They remind us that we are to be witnesses to the Gospel in our daily life outside the walls of the parish church.

Two of the options are very simple: “Go forth, the Mass is ended” or “Go in peace”. But even these simple dismals are reminders to us of our duty to spread the Gospel. “Go forth” has a forceful ring to it and “Go in peace” reminds us that we go forth from the church carrying not the world’s idea of peace, but rather to share the peace of Christ.

The other two options make our commission to witness to the Gospel even more beautifully explicit: “Go and announce the Gospel of the Lord” or “Go in peace, glorifying the Lord by your life”.

We are sent out into the world to be witnesses to the Gospel and to glorify our good and gracious God by how we live. We respond to all of these great commissions in gratitude and love by responding: “Thanks be to God”.  Rev. Geoffrey Kerslake



* * * * * *


Bienheureux Bernardo de Hoyos


Aujourd’hui la Communauté jésuite marque le mémorial facultatif du Bx. Bernardo de Hoyos. Alors je présente l’article que j’ai écrit pour Catholique Ottawa et qui sera publié dans quelques jours :




Pourquoi la dévotion au Sacré-Cœur a encore sa place dans le monde d’aujourd’hui
Cette année, notre participation aux Journées mondiales de la jeunesse comprenait un séjour de quelques jours dans l’Archidiocèse de Valladolid. Cela nous a permis de mieux connaître le vénérable père Bernard Hoyos, un jésuite né il y a 300 ans et qui fut béatifié récemment. Le père Bernard Hoyos est décédé moins d’un an après avoir été ordonné prêtre.

Bernard, tout comme sainte Marguerite-Marie, eut l’expérience mystique du Sacré-Cœur. Un jour, Bernard sentit que le Seigneur lui confiait une mission : « Je te confie la tache de diffuser à travers toute l’Espagne la dévotion à mon Cœur sacré. » Dès ce moment, il fit tout ce qu’il pu pour suivre cette directive du Seigneur. Il forma d’abord des collaborateurs dévoués qui s’efforcèrent de transmettre aux autres l’essentiel de ce qui devait constituer le culte du Sacré-Cœur.

Bernard distribua des textes et des images un peu partout et fonda des associations en honneur du Sacré-Cœur. Cependant, la recette principale de son succès à diffuser la dévotion au Sacré-Cœur réside dans son témoignage personnel de l’amour du Christ.

Les papes ont fait régulièrement des demandes semblables à la Compagnie de Jésus, ce qui a mené la fondation du réseau mondial intitulé l’Apostolat de la prière. Sainte Thérèse de Lisieux s’est joint à ce service de prière et j’ai fait comme elle quand j’étudiais à l’école secondaire.

Pourquoi la dévotion au Sacré-Cœur a-t-elle encore sa place dans le monde d’aujourd’hui?

D’abord, parce que la dévotion au Sacré Cœur met notre foi en lien avec notre vie de tous les jours.
En effet, les membres de l’Apostolat de la prière sont invités à prier les yeux ouverts sur le monde en offrant à Dieu chacune de leurs journées alors qu’ils font leurs prières du matin et à faire cela en lien avec l’Eucharistie. Les chrétiens sont également invités à terminer leurs journées par une réflexion sur ce qu’ils ont vécu et à planifier ainsi leur lendemain.

Lorsque les disciples unissent leurs vies à l’amour ardent du Cœur de Jésus, leurs cœurs s’enflamment. Il s’agit là d’une spiritualité qui prend tout son sens en ces temps-ci alors que nous vivons à un rythme effaré. Essayez cette formule chaque matin. Vous verrez pourquoi plusieurs en sont venus à dire : l’essayer c’est l’adopter. De plus amples renseignements sont disponibles sur le site web de l’archidiocèse www.archottawa.ca et à l’adresse www.apostolat-priere.org.

* * *


Bernard Francis de Hoyos y Seña (1711-1735) is the latest name added to the list of Jesuit Blesseds.
Fr Hoyos had lived a life of ‘heroic virtues’. His reputation for holiness spread immediately after his death. However, because the Society of Jesus found itself opposed by the Jansenists, the cause for beatification was not introduced at that time.
Later the Society was suppressed. It was only on 11 February 1914 that the process for his sainthood was started. Pope John Paul II decreed Bernard “venerable” on 12 January 1996. Pope Benedict XVI authorized his beatification on 17 January 2009. His beatification ceremony was held on 18 April 2010 in Valladolid, Spain.
The liturgical feast of the Blessed de Hoyos is held today, November 29, the day of his death in 1735.
* * * * * *

No comments:

Post a Comment

Post a Comment