Saturday, February 13, 2010

Lenten Letter 2010 - Ottawa - Lettre de Carême 2010

“THE WORD IS NEAR ... ON YOUR LIPS, IN YOUR HEART”

Dear brothers and sisters in Christ:

Lent is about each Christian's call to renew the death to sin and rising to newness of life with Christ that took place when he or she was baptized.

We do this as we accompany, in prayer and with other gestures of support the “Elect”, who will celebrate the Sacraments of Christian Initiation at the Easter Vigil.

The first Lenten preface describes well this season of grace, praising God for personal transformation: “As we recall the great events that gave us new life in Christ, you bring the image of your Son to perfection within us”.

As Lent approaches, Christians consider ways to develop their spiritual union with Jesus.

Of course, we do have some practices in common. The Church asks us to fast on Ash Wednesday, to mark the beginning of our pilgrimage with Christ, and again on Good Friday, in gratitude for Jesus’ death on the Cross out of love for us and to take away our sins. To remind us of this, Fridays throughout the year are days of abstinence from meat, but Catholics may substitute special acts of charity or piety. This Lent, I recommend we make an effort to practice again abstinence from meat on Fridays in memory of the Lord’s Passion.

We are encouraged to make sacrifices—of our own choosing—on the weekdays of Lent. When we cut back on food or other legitimate pleasures, we are encouraged to give the money saved to benefit the poor.

On Solidarity Sunday—March 21—the faithful in Canada make a sacrificial offering to assist the poor countries of the world through “Development and Peace”, the official charitable organization of the Canadian Catholic Bishops.



Pope Benedict XVI, in his encyclical “Caritas in veritate”, recalled that every person on earth has the fundamental right to life. We should always remember this and, whenever we good we do for the poor, this principle should underlie our efforts to alleviate poverty and suffering. Through its special oversight committee the Canadian Conference of Catholic Bishops intends that every activity of Development and Peace be informed by this vision.

A traditional act of Lenten piety is that of a making good confession. This is a grace that our priests wish to share with you in this “Year of the Priest”, which recalls the confessional ministry of St. Jean-Marie Vianney, a most extraordinary physician of souls.

Finally, I recommend to you the practice of Lectio divina, a process of prayerful reading and reflection (some pointers on how to do this accompany this letter). Your prayerful reading may focus on the Lenten Mass readings of each Sunday or of each day’s Mass. Meditating on Scripture offers a rich spiritual discipline for personal growth.

On the First Sunday of Lent, we learn that Jesus was steeped in such knowledge of the Bible. He called on scripture passages to refute the devil and overcome temptation. To overcome the tempter, Jesus quoted from Deuteronomy, a text he must have contemplated often. Scripture can likewise strengthen us.

In resisting the first temptation to turn stones into bread for his nourishment, Jesus recalled that “one does not live by bread alone”. Besides attending to one's physical sustenance each day, disciples feed on God's Word for spiritual nourishment.

In the second reading for the First Sunday, Paul also cites the Book of Deuteronomy, showing that for those who ground themselves in reflection of the Scriptures, “the Word is very near you, on your lips and in your heart” (Deuteronomy 30.14-Romans 10.8). Grasping God's Word inwardly, then, helps disciples to meet the challenges in our struggle to be faithful to God's way.

The Christian gradually identifies with Jesus who won the victory over sin for us. The stories of Jesus and of his followers become one through various Lenten observances, including scriptural prayer.

Blessed Lent!

Fraternally yours in Christ,

Terrence Prendergast, S.J.
Archbishop of Ottawa

* * *

FAST AND ABSTINENCE IN CANADA

The Church prescribes fasting (only one full meal and two smaller meals which together are not greater than a full meal) and abstinence from meat on Ash Wednesday and Good Friday. Catholics aged 18-59 are bound to fast; those 14-59 to abstinence. Those who are ill are freed from these obligations; all, even above the age of 59 may continue to fast and abstain.

Parents and educators are reminded of their duty to introduce children gradually to the understanding and practice of penance. Adult example will be the greatest influence in this matter.

* * * * * *

« LA PAROLE EST PRÈS…
DANS TA BOUCHE, DANS TON CŒUR »


Chers frères et sœurs dans le Christ,

Le Carême invite chaque chrétien, chrétienne à renouveler ses efforts pour faire échec au péché et pour augmenter la vie nouvelle avec le Christ, reçue au baptême.

Nous le faisons en accompagnant, par la prière et d’autres gestes de soutien, les « Élus » qui célébreront les sacrements d’initiation chrétienne à la Veillée pascale.

La première préface du Carême décrit bien cette saison de grâce, louant Dieu pour la transformation personnelle : « … fidèles aux sacrements qui les ont fait renaître [que les fidèles] soient comblés de la grâce que tu réserves à tes fils ».

À l’approche du Carême, les chrétiens s’interrogent sur les façons d’approfondir leur union spirituelle avec Jésus.

Bien entendu, certaines pratiques sont communes à tous. L’Église nous demande de jeûner le Mercredi des Cendres, afin de souligner le commencement de notre pèlerinage avec le Christ, ainsi que le Vendredi Saint, en signe de reconnaissance pour la mort de Jésus sur la Croix, par amour pour nous, pour enlever nos fautes. Elle nous rappelle également que tous les vendredis de l’année sont jours d’abstinence de viande; les catholiques peuvent toutefois la remplacer par des actes de charité ou de piété. Au cours des vendredis de Carême, je recommande que nous fassions effort pour pratiquer à nouveau l’abstinence de viande, en mémoire de la Passion du Seigneur.



Nous sommes exhortés à faire des sacrifices, à notre choix, les jours de semaine du Carême. Lorsque nous réduisons la quantité des aliments ou d’autres plaisirs légitimes, nous sommes encouragés à donner aux pauvres les sommes économisées.

Le dimanche de la collecte du Carême de partage, le 21 mars, les fidèles du Canada feront une offrande sacrificielle pour aider les pays pauvres du monde, par l’entremise de « Développement et Paix », l’organisme officiel de bienfaisance des Évêques catholiques du Canada.

Le Pape Benoît XVI, dans son encyclique « Caritas in veritate », rappelle que chaque personne sur terre a le droit fondamental à la vie. Nous devons toujours nous en souvenir, et lorsque nous faisons du bien aux pauvres, cette vérité doit sous-tendre les efforts pour soulager toute pauvreté et souffrance. Par son comité spécial de surveillance, la Conférence des évêques catholiques du Canada veut que toute activité de Développement et Paix porte la marque de cette vision.

Faire une bonne confession est un acte de piété traditionnel du Carême. C’est là une grâce que nos prêtres veulent partager avec vous en cette « Année des prêtres », pendant laquelle nous faisons mémoire du ministère de confession de saint Jean-Marie Vianney, un médecin des âmes vraiment extraordinaire.

Enfin, je vous recommande la pratique de la Lectio divina, une lecture et une réflexion priante des Écritures (quelques indications sur la méthode à suivre sont jointes à cette lettre). Votre lecture priante peut porter sur les lectures de la messe de chaque dimanche du Carême ou encore sur celles de chaque jour. La méditation des Écritures est une riche discipline spirituelle qui favorise la croissance personnelle.

Le premier dimanche du Carême, nous apprenons que Jésus était imprégné d’une telle connaissance de la Bible. Il avait recours à des passages des Écritures pour réfuter le diable et pour vaincre la tentation. Pour triompher du tentateur, Jésus cite un passage du Deutéronome, un texte qu’il a dû contempler souvent. L’Écriture peut aussi nous fortifier.

En résistant à la première tentation de transformer les pierres en pain pour se nourrir, Jésus rappelle que « nul ne vit de pain seulement ». En plus de veiller à sa propre subsistance quotidienne, le disciple se nourrit de la Parole de Dieu pour alimenter sa vie spirituelle.

Dans la deuxième lecture du premier dimanche, Paul cite également le livre du Deutéronome, montrant que pour ceux qui s’enracinent dans la réflexion sur les Écritures, « la Parole est près de toi, elle est dans ta bouche et dans ton cœur » (Deutéronome 30, 14 – Romains 10, 8). Saisir ainsi la parole de Dieu par le dedans aide le disciple à faire face aux défis rencontrés dans notre lutte pour demeurer fidèle aux voies de Dieu.

Le chrétien s’identifie graduellement à Jésus qui, pour nous, a été victorieux contre le péché. Les récits à propos de Jésus et de ses disciples s’unifient à travers diverses observances du Carême, incluant la prière spirituelle.

Saint Carême!

Fraternellement, dans le Christ,

Terrence Prendergast, S.J.
Archevêque d’Ottawa

* * *

Jeûne et l’abstinence au Canada

L’Église prescrit le jeûne (un seul repas complet, ou deux petits repas équivalant à un repas complet) et l’abstinence de viande le Mercredi des Cendres et le Vendredi Saint. Les catholiques âgés de 18 à 59 ans ont l’obligation de jeûner; ceux qui ont entre 14 et 59 ans, doivent s’abstenir de viande. Les malades sont exemptés de ces obligations; tous, même au-delà de 59 ans, peuvent continuer de jeûner et de s’abstenir de viande.

On rappelle aux parents et aux éducateurs leur devoir de présenter aux enfants, de façon graduelle, la compréhension et la pratique de la pénitence. En cette matière, l’exemple des adultes est la plus importante influence.

* * * * * *

This is the second of three Winterlude weekends...





...meantime scenes of Winterlude in Rome (pix of yesterday's snow fall):

Snow at St. Peter's Vatican Basilica

The skyline of Rome with snow not seen since 1986

No comments:

Post a Comment

Post a Comment