Monday, August 16, 2010

OM: St. Stephen of Hungary - Summertime visitors - Cardinal Ouellet's adieu to Quebec and Canada

Today's liturgy allows an optional memorial (OM) of St. Stephen the Great (977-1038), who was the son of the Magyar chieftain Geza; Stephen succeeded him as leader in 997.

Already raised a Christian, in 996 Stephen wed the daughter of Duke Henry II of Bavaria and devoted much of his reign to the promotion of the Christian faith. He gave his patronage to Church leaders, helped build churches, and was a proponent of the rights of the Holy See.

Stephen also crushed the pagan counterreaction to Christianity, forcibly converting the so-called Black Hungarians after their failed rebellion. In recognition of his efforts, Stephen was anoited king of Hungary in 1000, receiving the cross and crown from Pope Sylvester II.

The remainder of his reign was taken up with the consolidation of the Christian hold on the region. His crown and regalia became beloved symbols of the Hungarian nation, and Stephen was venerated as the ideal Christian king.

Canonized in 1083 by Pope St. Gregory VII, he became the patron saint of Hungary.

* * * * * *

HOSPITALITY IN SUMMER

Over the weeks of summer I have enjoyed the hospitality from a number of friends, family and acquiantances. Recently, I have had the opportunity to welcome fellow bishops and other friends to Ottawa and/or my residence.

Ottawa is also home for some who are now serving the Church elsewhere. Though construction work has been horrendous and the humidity difficult to bear some days, Ottawa's charms beckon to those returning or coming to the Capital for the first time. Herewith photos of visitors who have not yet appeared on the blog:

Left to right: Ottawa seminarian Matthew Keshwah, who has been staying with us over the summer, welcomed classmates Joshua Roldan (Toronto Archdiocese) and Justin Peter (Hamilton Diocese) for a few days on their first visit to the Capital Region

Msgr Jose Bettencourt, Ottawa Archdiocese's man at the Secretariat of State on vacation this month and Saint-Boniface Emeritus Archbishop Emelius Goulet, p.s.s., in town for a family wedding

Father Joe Muldoon welcomes his mother to our home as they prepare for a few days of travel

Daru-Kiunga Bishop Gilles Cote, SMM, a son of Notre Dame de Lourdes Parish (Vanier), on an extended home visit from Papua-New Guinea in celebration of his 40th anniversary of priestly ordination

* * * * * *

Cardinal Marc Ouellet's Farewell

Photo: Laetitia Deconinck, Le Soleil

Other commitments (celebration of the Centennial of both the Visitandine Sisters and the Grotto of Notre de Lourdes de Vanier) precluded my presence at the farewell Mass of Thanksgiving for Cardinal Ouellet's ministry as Archbishop of Quebec and Primate of the Church in Canada. Some of our Ottawa youth attended the prayer vigil in thanksgiving for his ministry here and his future service in Rome and I sent a note to His Eminence through their good offices.

Today, I was pleased to read in the on-line edition of Le Soleil, the following report by Josée Guimond of his leave-taking at Sainte-Anne-de-Beaupre's basilica yesterday afternoon (www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites):

(Québec) C'est avec émotion que le cardinal Marc Ouellet a fait ses adieux à ses fidèles, dimanche, en célébrant sa dernière messe au Québec, dans la plus grande église de son diocèse, la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré, bondée pour l'occasion. Sans revenir sur ses déclarations passées, souvent controversées, Mgr Ouellet a demandé «pardon» à ceux qu'il a pu heurter et peiner, lors de certains débats publics, tout en ajoutant que «le message de la vérité n'est pas toujours le bienvenu.»

Il faisait une chaleur tropicale dans la basilique, hier, où s'étaient entassées plus de 2000 personnes, dont 800 qui ont assisté à la célébration sur écran, dans la crypte plus bas, mais que le cardinal a pris soin d'aller rencontrer. Dans le parterre principal, 500 places étaient réservées à des dignitaires, employés, proches du diocèse, de même qu'à plus de 125 prêtres.

Mgr Ouellet a aussi pu compter sur 25 évêques canadiens, qui lui ont servi de «concélébrants». Parmi eux, l'archevêque émérite de Québec, Mgr Maurice Couture, le cardinal Jean-Claude Turcotte, de Montréal, ainsi que l'ambassadeur du pape au Canada, le nonce apostolique Pedro Lopez Quintana. Même l'évêque de la cathédrale anglicane de Québec a tenu à venir saluer son confrère catholique, en assistant à la cérémonie.

Le premier ministre Jean Charest, prenant congé du congrès des jeunes de son parti, était là, avec sa femme Michèle. S'adressant brièvement aux médias, M. Charest a rappelé qu'il n'était «pas toujours d'accord» avec les positions du cardinal, mais que Mgr Ouellet a «joué un rôle important», lors de ses huit ans comme primat de l'Église canadienne. Le lieutenant-gouverneur Pierre Duchesne était présent, la conseillère Michelle Morin-Doyle représentait Régis Labeaume, et la sénatrice Suzanne Duplessis servait d'émissaire au gouvernement canadien.

Le cardinal Ouellet a débuté sa dernière célébration sous les applaudissements nourris et chaleureux des fidèles. Parvenu à son homélie, il a voulu rappeler les bons souvenirs de son passage à l'archidiocèse de Québec, saluer ses proches et ses fidèles, et en a profité pour livrer un vibrant plaidoyer pour les Premières Nations. «Je souhaite que leurs droits ancestraux soient reconnus et que leurs projets de développement soient davantage soutenus par l'ensemble de la population canadienne», a-t-il dit.

Le cardinal a également souligné avoir «connu des joies profondes et de nombreuses consolations [...] au milieu des aléas qui ont marqué mon ministère [...], qu'il me coûte de quitter».

Mgr Ouellet a d'ailleurs laissé entendre, entre les lignes, que ses prises de position n'ont pas toujours été faciles pour lui, expliquant que le message de vérité «est une souffrance pour celui qui écoute et parfois pour le ministre qui l'exprime». L'homélie s'est terminée sous un tonnerre d'applaudissements, qui n'a fait qu'enfler durant plusieurs minutes. Lorsque le cardinal, très ému, a tenté de poursuivre la célébration, les cris ont fusé et les applaudissements ont repris de plus belle. Un grand moment d'émotion.

À la fin de la célébration, un cadeau a été remis au cardinal, pour souligner son départ, soit une statue du premier évêque du Québec, Mgr François de Laval. Mgr Ouellet a dit, en souriant, qu'il allait amener cette statue à Rome et que «peut-être, on va accélérer les choses», faisant référence à la canonisation de Mgr Laval, qui semble sur la glace, si on peut dire.

No comments:

Post a Comment

Post a Comment