Thursday, November 19, 2009

Remembering Mgr Joseph Charbonneau - on the 50th anniversary of his death

One of our retired Ottawa priests is monsieur l'Abbe Paul-Yvon Menard, nephew of the late Mgr Joseph Charbonneau, fourth archbishop of Montreal.

A native of our archdiocese where he served as Rector of the Seminary and Vicar General, and a highly regarded churchman, he was bishop of Hearst (1939) less than a year before he was promoted to Montreal (1940).

Under controversial circumstances, he resigned as Archbishop of Montreal on February 9, 1950 and lived in seclusion in the Victoria Diocese until his death on this day in 1959.

I will not be able to celebrate a Memorial Mass with Abbe Menard as I have Confirmations this evening in St. Isidore-de-Prescott. My episcopal vicar Abbe Daniel Berniquez will invite Abbe Menard to concelebrate the 5:15 Mass at the cathedral on this special day.

En mémoire de Mgr Joseph Charbonneau (1892-1959)

Aujourd'hui marque le 50e anniversaire du décès de Mgr Joseph Charbonneau, quatrième archevêque de Montréal. En début d’année, son village natal de Lefaivre, Ontario, a dédié la salle communautaire à sa mémoire. Ayant eu le plaisir de participer à cette cérémonie, je vous partage ce qui a été dit.

Né le 31 juillet 1892, il est troisième enfant des agriculteurs Daniel Charbonneau et Caroline Yelle. Ayant fait des études au séminaire montfortain d’Huberdeau et au Séminaire de Sainte-Thérèse, il terminera des études en théologie au Grand Séminaire de Montréal. Il fut ordonné prêtre le 24 juin 1916 à Lefaivre, par Mgr Charles-H. Gauthier, archevêque d’Ottawa.

Il sera vicaire dans quelques paroisses du diocèse, et il étudiera la sociologie à l’Université catholique de Washington, matière qu’il enseignera au Séminaire de philosophie à Montréal. À Rome de 1923 à 1925, il y obtient un doctorat en sciences ecclésiastiques.

Après avoir été supérieur du Grand Séminaire d’Ottawa et directeur de l’École normale de Hull, en 1939 il est nommé évêque du nouveau diocèse francophone de Hearst, dans le Nord ontarien. Sa visite des paroisses lui permettra de comprendre les problèmes liés à la colonisation, l’agriculture et l’éducation.

Le 31 août 1940, âgé de 48 ans, Mgr Charbonneau devient archevêque de Montréal. Peu connu, il impressionne vivement. Il publie un document dans lequel il affirme sa confiance dans les jeunes générations et la place que doivent prendre les laïcs dans tous les secteurs de l’activité humaine.

Très tôt il ouvre l’École de service social de l’Université de Montréal, puis met sur pied l’École normale secondaire. À l’été 1942, devant les directeurs et les professeurs des collèges classiques du Québec, il déplore l’entrée restreinte aux universités, une perte énorme de talent au Québec. Le 2 février 1943, il fonde l’Œuvre des vocations. Il met sur pied le Service de préparation au mariage répandu aujourd’hui dans plusieurs pays.

La meilleure illustration de son souci pastoral sera toutefois sa prise de position lors de la grève de l’amiante aux mines d’Asbestos et de Thetford Mines en 1949. Les gestes qu’il a posés alors ont marqué l’opinion populaire à jamais.

Voici un extrait d’un sermon prononcé à cette époque : « La classe ouvrière est victime d’une conspiration qui veut son écrasement et quand il y a conspiration pour écraser la classe ouvrière, c’est le devoir de l’Église d’intervenir. Nous voulons la paix sociale, mais nous ne voulons pas l’écrasement de la classe ouvrière. Nous nous attachons plus à l’homme qu’au capital. Voici pourquoi le clergé a décidé d’intervenir. Il veut faire respecter la justice et la charité et il désire que l’on cesse d’accorder plus d’attention aux intérêts d’argent qu’à l’élément humain. »

L’Église devait-elle prendre position? Nul ne peut questionner les convictions profondes dont Mgr Charbonneau a fait preuve. Peu après ces événements, le 9 février 1950, Mgr Charbonneau dut remettre sa démission. Les prêtres et les fidèles en furent consternés. Il vécut neuf ans à Victoria, Colombie-Britannique, dans la plus grande simplicité. Le 19 novembre 1959, il meurt à l’âge de 67 ans.

Le 27 novembre 1959, en la Cathédrale de Montréal, d’émouvantes funérailles sont célébrées en présence d’une foule considérable composée de membres de toutes les sphères de la société et de l’Église. Mgr Charbonneau avait demandé d’être inhumé au cimetière de sa paroisse natale, il entrera plutôt dans la chapelle où reposent ses confrères évêques.

Homme visionnaire, ses convictions profondes ont marqué les générations. Il a eu l’audace d’effectuer les changements requis pour faire avancer les causes. Il l’a fait avec courage, et il en a payé le prix.

No comments:

Post a Comment

Post a Comment